Détail

Jeudi 16 juin 2016 à 17h

Tous les ans, une cérémonie commémorative a lieu au Cimetière Nord de Strasbourg, situé à la Robertsau, devant une tombe surmontée d'une plaque indiquant "A la mémoire des 74 victimes internées au camp de concentration du Struthof", sans que l'identité des personnes enterrées là ne soit connue. Nicole Dreyer, adjointe au Maire de Strasbourg, a demandé au Docteur Raphaël Toledano, historien membre du Conseil scientifique du Centre européen du résistant-déporté (Musée du Struthof), de rechercher les noms des 74 victimes anonymes inhumées dans cette tombe du Cimetière Nord de Strasbourg et de retracer leur parcours.

C'est ainsi que le chercheur a découvert, à partir des Archives de la ville et de la communauté urbaine de Strasbourg, que 58 corps de déportés du Camp de Natzweiler-Struthof décédés en 1941 et 1942, appartenant à plusieurs "catégories" de victimes, ont été incinérés et enterrés dans cette tombe pendant la guerre. La diversité d'origine de ces victimes est représentative de la diversité des hommes internés au Struthof auxquels le nazisme s'en est pris, que ce soit en raison de leur supposée "race" (juif, tsiganes "asociaux"), leur orientation sexuelle (homosexuel), leur engagement politique (déportés politiques, réfractaires de la Wehrmacht, objecteur de conscience), religieux (témoins de Jéhovah), mais aussi pour leur comportement délictueux. Les criminels et délinquants allemands, parce qu'ils étaient jugés irrécupérables pour la "communauté du peuple" aryen, étaient voués à mourir.

Par ailleurs, il y a dans cette même fosse 16 urnes contenant les restes de cadavres provenant de l'Institut d'anatomie de la Reichsuniversität Strassburg. Dirigé par August Hirt entre 1941 et 1944, l'Institut d'anatomie se faisait livrer des corps pour les cours de dissection et pour des recherches. Les restes de certains cadavres provenant de l'Institut d'anatomie furent incinérés pendant la guerre au Crématoire de la Robertsau puis enterrés dans cette tombe en 1944. Parmi les urnes identifiées, figurent les restes d'Alfred Reiminger, un jeune adolescent strasbourgeois fusillé le 15 juillet 1943 avec six membres du réseau de résistance "Front de la Jeunesse Alsacienne". Il est à préciser que ces 16 urnes ne contiennent pas les corps des 86 Juifs gazés au Struthof en août 1943 pour le projet de collection de squelettes juifs et dont les restes ont été enterrés au cimetière de Cronenbourg en 1945 et 1951.

En dévoilant officiellement cette plaque, l'Eurométropole de Strasbourg souhaite redonner à ces victimes anonymes un nom, ce nom que le régime nazi avait souhaité effacer en le remplaçant par un matricule.

Au Cimetière Nord de Strasbourg, 1 place des Peupliers. Le lieu de rendez-vous est fixé à l’entrée principale du cimetière

Au Cimetière Nord de Strasbourg, 1 place des Peupliers. Le lieu de rendez-vous est fixé à l’entrée principale du cimetière.

En savoir plus

 

 

 

 

Commentaires

Publier un commentaire

Clé de validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série.

  • W
  • 6
  • Q
  • P
  • 5
  • K
  • J
  • T

Attention !! Veuillez bien respecter les majuscules et les minuscules.

* Champs obligatoires
Retour