Détail

Des préparations contenant des restes des victimes gazées au Struthof ont été découvertes à l'Institut de médecine légale de Strasbourg. Cérémonie d'inhumation le 6 septembre au cimetière israélite de Cronenbourg.

Roland Ries, maire de Strasbourg, Alain Beretz, président de l'université, Jean Sibilia, doyen de la Faculté de médecine de Strasbourg, Frédérique Neau-Dufour, directrice du Centre Européen du Résistant-Déporté (site de l’ancien camp de Natzweiler-Struthof), Georges Y. Federmann, président du Cercle Menachem Taffel, ainsi que le Grand Rabbin René Gutman ont été informés de la découverte de préparations contenant des restes des victimes de l’anatomiste nazi August Hirt.

Cette découverte fait suite aux recherches menées par le docteur Raphael Toledano, membre du Conseil scientifique du Struthof, au sujet du devenir des corps livrés à l'Institut d'anatomie pendant la Seconde Guerre mondiale. Raphael Toledano a retrouvé une lettre du professeur de médecine légale de la Faculté de médecine de Strasbourg, Camille Simonin, datant de 1952 et faisant mention de bocaux contenant des prélèvements effectués au cours des autopsies judiciaires réalisées sur les victimes juives de la chambre à gaz du Struthof. Les pièces retrouvées sont des éléments conservés par le Professeur Simonin à l'issue des autopsies judiciaires qu'il a réalisées à la demande des autorités militaires sur les restes des 86 victimes juives du Camp du Struthof pour établir les conditions ayant conduit à leur mise à mort délibérée.

Ces éléments étaient conservés dans les collections de l'Institut de médecine légale (fermé au public). Le 9 juillet 2015, Raphael Toledano a pu identifier avec l’aide du directeur actuel de l'Institut de médecine légale de Strasbourg, le Pr. Jean-Sébastien Raul, les pièces suivantes: 

- un bocal contenant des fragments de peau d'une victime de la chambre à gaz, 

- deux éprouvettes renfermant le contenu de l'intestin et de l'estomac d’une victime (probablement la même),

- un galet matricule utilisé lors de l'incinération des corps au Camp de Natzweiler.

La correspondance entre les préparations retrouvées et la description qui en est faite dans la lettre de Camille Simonin de 1952 ne laisse place à aucun doute quant à l'origine commune des pièces. L’identité de la personne dont proviennent les pelures de pommes de terre est traçable par le numéro matricule et le numéro d'expertise sur les éprouvettes, puisqu'il s’agit de préparations constituées en vue de documenter les crimes commis au Struthof à la demande d’August Hirt.

Les étiquettes identifient chaque pièce avec précision et font notamment état du matricule 107969, qui correspond au numéro qui fut tatoué au Camp d’Auschwitz sur l’avant-bras de Menachem Taffel, une des 86 victimes du projet de « collection de squelettes juifs » voulu par August Hirt, comme cela est confirmé par les archives du Camp d'Auschwitz.

Il est d’ores et déjà entendu pour tous que ces pièces doivent être remises à la Communauté juive de Strasbourg, afin de faire l’objet d’une inhumation et de rejoindre les restes des victimes inhumés au lendemain de la guerre au cimetière israélite de Cronenbourg.

August Hirt, dirigeait à partir de 1941 l'institut d'anatomie de la Reichsuniversität Strassburg, université nazie créée en Alsace annexée. L'Université de Strasbourg, sans lien avec l'université d'occupation, était elle, à ce moment-là, repliée à Clermont-Ferrand.

Jeune médecin, Raphael Toledano mène depuis des années des recherches sur les victimes du professeur Hirt.

 

Cérémonie d'inhumation - 6 septembre 2015

La cérémonie d'inhumation des restes humains appartenant aux 86 victimes d'August Hirt aura lieu le dimanche 6 septembre 2015 à 11h au Cimetière israélite de Cronenbourg. Cette date, choisie par le Grand Rabbin du Bas-Rhin René Gutman, est hautement symbolique puisqu'il s'agit du jour du Yahrzeit (date anniversaire de décès) des Juifs morts en déportation sans lieu ni date de sépulture. Reportage sur France 3 Alsace.

 

Déposition de Josef Kramer faite à Lüneburg le 6 décembre 1945

 

"Je faisais alors construire la chambre à gaz par les détenus. A quelque temps de là, arriva un premier transport de 26 femmes âgées de 20 à 50 ans. Elles demeurèrent 8 jours au camp. Pendant ce temps, elles ne furent pas maltraitées et pas mieux nourries que les autres détenus. Je n'avais, quant à ces personnes, pas d'instructions spéciales. Après 8 jours d'attente, au milieu d'août 1943, je faisais conduire ces femmes, à 9 heures du soir, à la chambre à gaz. Dans l'antichambre, elles furent déshabillées. Je plaçais alors une poignée de produits dans le trou aménagé dans le plancher. Je faisais entrer les femmes dans la chambre à gaz et fermai la porte. Alors, les femmes commencèrent à pleurer et à crier. De dehors, je versais de l'eau dans l'entonnoir préparé. Cette eau coula par un tuyau muni d'une fermeture dans le trou où se trouvaient les petits grains. Après une demi-minute, les cris cessèrent dans la chambre. Je déclare que je n'ai pas, par la fenêtre, observé la mort. J'étais seulement aux écoutes. Comme il n'y avait plus rien à entendre et que plus rien ne se mouvait, j'ai mis le ventilateur en marche. Pendant ce temps, je me trouvais à l'extérieur et je n'ai ni respiré ni senti le gaz. Après un quart d'heure, j'ai ouvert la porte. Il semblait que la mort s'était déroulée d'une façon normale. Seulement 3 ou 4 n'avaient pu tenir leurs selles. Il était à peu près 9 heures 30. Le matin suivant, à 5 h 30, je faisais conduire les corps à Strasbourg dans un camion revêtu d'une bâche. Cette façon était choisie afin que personne ne puisse être tenue au courant de ce qui s'était passé. Car j'étais contraint au secret le plus strict."

 

La plaque des noms des 86 victimes de l'expérimentation du Dr. Hirt

En août 2004, l’historien allemand Dr. Hans Yoachim Lang rend public la liste des noms des 86 juifs transférés d’Auschwitz dans son ouvrage, Die Namen der Nummern, Wie es gelang, die 86 Opfer eines NS-Verbrechens zu identifiziere.

La plaque est inaugurée le 26 juin 2005 par M. Hamlaoui Mekachera, ministre délégué aux Anciens combattants.

En savoir plus

 

 

 

Commentaires

Publier un commentaire

Clé de validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 premiers caractères de la série.

  • T
  • 2
  • R
  • 7
  • G
  • I
  • W
  • S

Attention !! Veuillez bien respecter les majuscules et les minuscules.

* Champs obligatoires
Retour