La création du KL-Natzweiler au Struthof

Après l'Armistice du 22 juin 1940, l'Alsace et la Moselle sont annexées de fait par le IIIe Reich. Des fonctionnaires du Reich sont nommés pour diriger les administrations, la monnaie et le droit coutumier germanique imposés, les usines et les mines « germanisées » et l'usage du français interdit. À partir de 1942, les Alsaciens et les Mosellans sont astreints au service militaire obligatoire, dans la Wehrmacht.

Le lieu-dit du Struthof, sur le Mont Louise, est une station touristique renommée depuis le début du XXe siècle, en particulier par les Strasbourgeois qui y trouvaient un hôtel et des pistes de ski.

C'est pourtant pour son filon de granite rose que le site fut repéré par le géologue colonel SS Karl Blumberg dès septembre 1940.

En mars 1941, Heinrich Himmler, chef de la SS et des polices du Reich, donne l'ordre de créer un camp de concentration à proximité du filon. La pierre extraite doit être utilisée pour les grands travaux du Reich voulus par Hitler. Comme déjà à Mauthausen ou à Flossenbürg, c'est la Deutsche Erd- und Steinwerke (DEST), entreprise minière SS créée en 1938 par Himmler lui-même, qui va gérer l'exploitation de la carrière.

Le camp est officiellement ouvert le 1er mai 1941. Camp de catégorie II, il ne peut initialement recevoir que des détenus déjà interné dans des KL. A partir de 1942, il devient un camp "ouvert" et la Gestapo peut y interner qui elle souhaite.

Les premiers déportés arrivèrent dans deux convois en provenance de Sachsenhausen, les 21 et 23 mai 1941. 

Entre 1941 et 1943, la plus grande partie des baraques du camp est construite sur les flancs escarpés du Mont Louise. L'achèvement des travaux d'aménagement du block crématoire, en octobre 1943,  marque la fin de la construction du camp.