Détail

Résistant, déporté, Marcel Dolmaire s'est éteint le 16 octobre 2014.

Marcel Dolmaire est né le 21 mars 1925 à Trêves en Allemagne. Son père y sert comme officier au 19e  bataillon de chasseurs  à pied. Ce régiment fait partie des troupes d’occupation en Allemagne après la victoire de 1918. Il est ensuite muté à Sélestat puis Strasbourg.

En septembre 1939, à la déclaration de guerre, une partie de l’Alsace est évacuée.

En 1940, la famille se réfugie à Mirecourt dans les Vosges. Le père est en poste sur la ligne Maginot où il sera fait prisonnier pour cinq ans.

En 1941, Marcel crée un groupe clandestin de scouts « Les cadets de l’effort » afin de se maintenir en forme physique et morale en attendant de pouvoir se battre.

Pendant la guerre les études continuent et il obtient son baccalauréat mathématiques en 1944.

Le 27 août, alors que les maquis vosgiens se mobilisent pour faciliter l’arrivée des Alliés dans les Vosges, il s’engage dans le maquis de Granrupt (88) avec son frère Guy et beaucoup d’autres.
Le 7 septembre, le maquis est attaqué par les Allemands. Les résistants affrontent des forces bien supérieures en nombre. Par ailleurs, les Allemands menacent de s’en prendre à la population si les maquisards ne déposent pas les armes.
De peur de voir leur famille exterminée, les résistants se rendent. Ils sont 216, dont Marcel et son frère Guy.
Contrairement aux promesses de l’armée allemandes qui va les livrer aux SS, ils ne sont pas traités comme des prisonniers de guerre mais comme des « terroristes ». Ils sont tous déportés.

Après de brefs internements au camp de sûreté de Vorbrück-Schirmeck, à Gaggenau, puis Niederbühl, Marcel va connaitre un  parcours peu ordinaire: Dachau, Auschwitz, les marches de la mort, Gross-Rosen et Flossenbürg où il sera libéré le 23 avril 1945.

Sur les 216 résistants du maquis de Granrupt arrêtés le 27 août 1944, 116 mourront dans les camps nazis dont Guy, le frère de Marcel.

Après guerre, il reprend ses études et entre à l’Ecole Nationale de l’Administration de l’Outre-Mer.
Alors va commencer pour lui une carrière professionnelle particulièrement riche qui le conduira du Mexique au Zaïre, en passant par le Brésil, la Haute-Volta, le Niger et bien d’autres pays du continent africain.

Marié, Marcel était père de quatre enfants.

Il était l’auteur de  «  Avoir 20 ans à Flossenbürg », récit de son expérience concentrationnaire et de nombreux rapports liés à ses activités professionnelles.
Il vennait de publier aux éditions Michel de Maule « Eve a bien fait, le Paradis est stérile »

Marcel Dolmaire était officier de la légion d'honneur, titulaire de la médaille militaire, de la croix de guerre 39/45 avec palme, de la croix du combattant volontaire de la      Résistance, de la médaille des Déportés-Résistants, de la médaille des blessés et du Mérite agricole.

Le 17 décembre 2013, Marcel avait honoré de sa présence la journée de soutien au Concours National de la Résistance et de la Déportation à Strasbourg.

Le Centre européen du résistant déporté présente à ses enfants et à ses proches ses sincères condoléances.

 

 

Commentaires

Publier un commentaire

Clé de validation

Pour valider le formulaire, saisissez les 4 derniers caractères de la série.

  • 5
  • B
  • 8
  • Q
  • V
  • 2
  • K
  • I

Attention !! Veuillez bien respecter les majuscules et les minuscules.

* Champs obligatoires
Retour