Sergent Frederic Harold HABGOOD. 31/08/1944.


© Famille Habgood/Corrigan.DR.

Frederic Harold Habgood est né le 30/11/1922 à Londres.
En 1943, engagé dans la RAF, matricule 1602535, il part au Canada dans le cadre du Programme d'entraînement aérien du Commonwealth britannique (PEACB). Il y reçoit une formation de bombardier sur l'avion britannique Avro Lancaster.
De retour en Angleterre, il est affecté comme sergent navigateur au squadron 550 en juin 1944.



Le 28 juillet, en fin de soirée, 494 Lancaster, dont celui de Frederic Habgood (le NE 164), décollent de plusieurs bases du Yorkshire. Leur objectif : les usines Bosch de Stuttgart.
Au-dessus de Strasbourg, l'avion de Frederic est pris en chasse par un Messerschmitt 110.
Atteint par les tirs du chasseur de nuit, une aile en feu, le bombardier s’écrase dans le secteur d’Ottrot (Bas-Rhin). Le pilote et le co-pilote sont tués dans le crash mais le reste de l’équipage parvient à sauter en parachute.
Trois des aviateurs sont capturés et internés dans un camp en Pologne. Un quatrième est sauvé par la résistance.
Le sergent Habgood, quant à lui, réussi à se cacher à Ottrot mais, peut-être dénoncé, il est capturé par la Gestapo. Interné très brièvement au camp de Schirmeck, il est ensuite transféré au KL Natzweiler où il est exécuté par pendaison le 31 juillet 1944. Il avait 21 ans.

Ses bourreaux, le chef du crématoire Peter Straub et le Kapo Franz Berg seront condamnés à mort lors du procès de Wuppertal et pendus le 11 octobre 1946.

Une découverte extraordinaire.

En août 2018, lors de travaux d’entretien dans la fosse aux cendres, Anna Bernard, vacataire au Centre européen du résistant déporté, extrait de terre une plaque d’identité (dog tag).
Sur la plaque figure aux insignes de la RAF, le nom de Frederic Habgood et son matricule !
Ce n'est pas une plaque réglementaire. C'est un cadeau que lui a offert sa famille lors de sa formation au Canada, juste avant qu'il ne regagne l'Angleterre.
Ce renseignement a été fourni par sa famille que le CERD a rapidement retrouvé par le biais des réseaux sociaux.
La famille s'est d'ailleurs rendue sur le site du Struthof quelques mois après la découverte.

Frederic était toujours considéré comme disparu par les autorités anglaises. Son corps n'ayant jamais été retrouvé.

Cette découverte apporte la preuve qu'il a bien été incinéré dans le crématoire du camp et ses restes jetés dans la fosse aux cendres.

Près de 75 ans après, la dernière zone d'ombre du drame vécu par Frederic Habgood est levée.

Reportage de France 3 Alsace sur la découverte.

Reportage du journal The Telegraph sur l'histoire du sergent Hadgood (en anglais)