Le camp, lieu d'exécutions (page en cours de construction)

Les exécutions sommaires sont courantes dans les camps de concentration dès leur création. Mais d’autres exécutions revêtent un caractère plus « officielle ».
Theodor Eicke, inspecteur des camps de concentation, prévoit dans le règlement qu’il édicte pour Dachau , des sanctions pouvant aller jusqu’à la peine de mort.

 

Le 13 mai 1938, deux détenus du KL Buchenwald s'évadent après avoir tué un garde SS.
Himmler et Eicke sont furieux. Les évasions d'un KL sont déjà rares mais pour la  première fois un gardien est tué.
Le 22 mai, l'un des évadés est capturé. Très rapidement, il est jugé et condamné à mort.
Himmler veut faire un exemple. Il intervient auprès d'Hitler pour que la sentence soit exécutée sur les lieux du crime.
le 4 juin 1938, tous les déportés de Buchenwald sont rassemblés et assistent à la pendaison de leur camarade*.
Pour la première fois, un détenu est exécuté dans un KL suite à une décision de justice.

Le KL Natzweiler n’échappe pas à cette sinistre règle.

Les premières pendaisons, suite à une condamnation à mort, ont lieu en novembre 1942.

Les déportés du camp ne sont pas les seules victimes.

C’est cette même année, d’après Fritz Hartjenstein, 4ème commandant du camp, que le KL Natzweiler est choisi pour appliquer les peines de mort prononcées par les tribunaux nazis du secteur.


Bien souvent les condamnés ne sont pas immatriculés au camp. A leur arrivée, ils sont amenés à la carrière pour y être immédiatement fusillés.
Dès lors, il devient difficile de chiffrer le nombre de ces exécutions. Par recoupement, et dans l’état des recherches, il y aurait eu plus de 400 exécutions au KL Natzweiler.

*Source : "KL". Nicolas Wachsmann. Gallimard. 2017.

 

 

 

 

Les exécutions au KL Natzweiler. 1942-1944.

Les treize de Ballersdorf. 17/02/1943

Les femmes du SOE.
06/07/1944

Les 35 maquisards du GMAV. 1-2/09/1944

Les 106 membres du réseau Alliance.
1-2/09/1944

Le sergent Frederic Harold Habgood. 31/07/1944