L'administration du KL-Natzweiler

Une fois le camp construit, le travail s'organise dans un espace soigneusement pensé, s'appuyant sur une structure administrative hiérarchisée. Celle-ci était la même d'un camp à l'autre, visant à garantir un cadre de fonctionnement opérationnel global. Le KL-Natzweiler, en tant que chaînon du système concentrationnaire nazi, répond à la volonté imposée par la hiérarchie centrale.

À partir de la mi-1942, les camps de concentration sont  rattachés à l'office central pour l'économie et l'administration de la SS (WVHA).
Le KL-Natzweiler est dirigé par un commandant, le Lagerkommandant. En tout, cinq se succèdent à sa direction. Le plus influent d'entre eux, Josef Kramer, règne sur le camp de 1942 à 1944. Puis il est muté à Auschwitz  et finit la guerre comme commandant de Bergen-Belsen.

Le fonctionnement du camp de concentration est assuré par environ 80 officiers, sous-officiers et hommes de troupes autour du commandant et de son adjoint. Ils composent la Kommandantur. Pour la surveillance, une compagnie de garde composée d'environ 150 SS lui est adjointe. 
L'organisation interne repose sur une délégation d'une partie du pouvoir des SS à des détenus, les Kapos.

Cette administration d'internés, créée par les SS, a l'avantage de limiter les effectifs de la garnison, d'alléger le travail des SS et de susciter le désordre et la jalousie entre les détenus.