Fiche d'information

 

Dates d’ouverture et de fermeture du camp :

16 décembre 1943 - 17 avril 1945

Descriptif du camp :

  • Situation : Land de Bade Wurtemberg.
  • Commandants : Hauptscharführer Josef Seuss, Hauptscharführer Anton Kellner, Oberscharführer Helmut Schnabel
  • Nom de code : Wüste 9
  • Locaux : camp de baraques près de la gare en face de l'installation d'essai DÖLF
  • Nombre de déportés : ± 800
  • Nombre de décès : 1 777 avec ceux de Dautmergen

Historique :

C'est le premier camp du groupe Unternehmen Wüste (entreprise désert).
L’installation de Schömberg était un système expérimental de combustion lente et incomplète du schiste bitumineux.
Les déportés étaient employés aux travaux de construction de l'usine pilote de la société allemande de recherche sur les schistes bitumineux DÖLF (usine du projet Wüste n°9) et à l'extraction de l'ardoise.
Les 120 premiers déportés arrivent le 16 décembre 1943.
L'effectif, au 3 mars 1944, est de 210 déportés.
Le 25 juillet, 81 arrivées sont enregistrées. 470 détenus sont alors présents à Schömberg.
Le 17 août, 100 déportés arrivent à Schömberg. Suivis par 151, le 31 août, puis par 55, le 1er septembre.
En septembre, l’effectif est d’environ 800 déportés. Chiffre à peu près constant jusqu’à l’évacuation.
Le 18 octobre, 29 déportés de Sainte-Marie-aux-Mines arrivent au camp.

Schömberg vu par un déporté :
« Schömberg, bouseux, crasseux, puant, son chantier chaotique.
Tour de Babel aux conflits xénophobes.
La faim, le froid, les coups, les travaux exténuants, la soif. »

In recueil de Bernard Teinturier à l’attention des familles des déportés français de Schömberg. 2012.


La mortalité est élevée. Les cadavres étaient enterrés dans le charnier du camp voisin de Dautmergen.

Le 10 mars 1945, un convoi est formé avec 170 déportés inaptes au travail dont douze Français provenant des camps de Schörzingen, Erzingen, Schömberg, Dautmergen et Frommern. Ils partent en train vers Bergen-Belsen où ils arrivent le 17. Tous les Français mourront dans ce camp. Il est fort probable qu’il en fut de même pour les autres déportés de ce convoi.

Devant l’avancée des Alliés, Himmler aurait donné l’ordre d’assassiner tous les détenus. L’idée retenue par les SS aurait été d’enfermer les détenus dans la mine de schiste et de la faire sauter. Le directeur de l’usine aurait refusé de fournir les explosifs.

In recueil de Bernard Teinturier à l’attention des familles des déportés français de Schömberg. 2002.

Le 07 avril 1945, 150 déportés invalides partent vers Dachau. Le convoi composé des malades des camps Wüste compte au total 1 000 hommes. La plupart trouveront la mort durant le transport.
Le 14, 29 déportés partent vers Dachau.
Le 17, 615 déportés sont évacués en direction de l’Autriche. Après huit jours et plus de 300 km de marche dans d’épouvantables conditions, ils arrivent sur la frontière à Scharnitz dans le Tyrol où ils seront pour la plupart secourus par des soldats américains.
Il reste à cette date 64 détenus au camp. (Archives SS).




 




Mémorial :

Activités :

Lien – contact :  Eckerwald