Fiche d'information

Dates d’ouverture et de fermeture du camp :

14/03/1944 - 15/09/1944

Descriptif du camp :

Situation : Land de Rhénanie-Palatinat. Allemagne.

Nom de code : A 7 Zeizig (Tarin)

Commandants : Obersturmführer Rudolf Beer   
                           Untersturmführer Heinrich Wicker

Locaux : camp de baraques

Nombre de déportés : 2 300 au total. Effectif maximal : 1 537 en juillet.    
Moyenne : 1 200
Nombre de décès : 95

Historique :

Kochem est le premier camp annexe enterré du KL NA. Il ouvre avec 300 déporté NN, très majoritairement Français, qui sont pour la première fois et par erreur affectés en dehors du camp souche.
Ils doivent aménager un tunnel de 2,8 km et d’une surface utile de 21 000 m2  pour l’entreprise de bougies Bosch de Stuttgart.
C'est un camp annexe bicéphale (placé aux deux entrées du tunnel : entre les communes de Treis et Brüttig). D’où l’appellation de Kochem T ou Kochem B.
Le tunnel est une ancienne champignonnière. Les déportés doivent dégager, dans des conditions particulièrement insalubres, le fumier. Ensuite, ils doivent terrasser, construire une canalisation destinée à évacuer les eaux d’écoulement, poser des rails, bétonner et niveler. Les conditions de travail obligent à de nombreuses rotations avec le camp souche.
Au bout d'un mois, les NN sont renvoyés au camp. Dans ce court laps de temps 10% ont trouvé la mort.

La production de capuchon pour les bougies ne débute que début août. Elle est de courte durée. L’avance des Alliés oblige à évacuer le camp.
« Seuls » quatre-vingt-quinze décès sont enregistrés au camp. Mais les blessés graves et les grands malades sont renvoyés au camp souche pour bien souvent y mourir.

Le 15/09/1944, les 1 085 déportés de Kochem sont enregistrés à Buchenwald.

Mémorial :
Activités :
Lien – contact :