Le monument au Père Lachaise

Le monument de Natzweiler-Struthof au cimetière du Père-Lachaise.


À la Libération, un carré du cimetière parisien du Père-Lachaise est consacré à la mémoire de la Déportation. Dès 1946, une urne contenant des cendres provenant d’Auschwitz-Birkenau est déposé dans un cénotaphe. Peu à peu, tous les camps auront leur monument. Celui du camp de Natzweiler est le dernier construit. Il est inauguré lors d’une cérémonie officielle, le 20 novembre 2004.

La forme du monument en granit rose des Voges, rappelle celle du triangle porté par les déportés. La sculpture en bronze est une réplique du Gisant réalisé par le sculpteur Georges Halbout, pour le camp de Natzweiler en 1973. Celui-ci symbolise un déporté squelettique mort d'épuisement, par l’extermination par le travail. Les blocs de granit superposés de part et d'autre du gisant symbolisent à droite, les terrasses creusées à flanc de montagne pour recevoir les infrastructures du camp, à gauche, les nombreux escaliers de circulation entre elles. Les lettres NN entourées de la couronne d'étoiles - sigle du Conseil de l'Europe - rappellent qu'ont été amenés là de toute l'Europe des milliers de résistants classés « NN » (Nacht und Nebel) destinés à disparaître sans laisser de traces dans la Nuit et le Brouillard.